Articles

Achats en vrac : bon poids et bonne mesure

Les silos de vrac sont apparus dans de nombreuses enseignes et les consommateurs ont même la possibilité d’apporter leurs propres boîtes afin de réduire les emballages. Mais comment peser correctement les produits ?

Fruits et légumes frais, pâtes, riz, lentilles, céréales, sucre, farine, fruits secs, vin, café, produits d’entretien… L’achat de produits en vrac séduit de plus en plus de consommateurs voulant consommer plus responsable.

Comment peser correctement ?

Sur les balances en libre-service, il doit être possible de tenir compte du poids du matériel d’emballage (bocal, boîte, barquette…).

Pour cela, vous devez « faire la tare » : il s’agit de faire afficher à la balance la valeur « 0 » avec le contenant vide en appuyant sur la touche « tare », afin de le déduire du poids brut. Après son remplissage, vous obtiendrez ainsi le poids net qui sera payé à la caisse.

À savoir : Les balances doivent être munies d’une vignette verte comportant la mention « instrument reconnu conforme » et une date de validité.

Source : Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

 

Mis en ligne le 18/01/2020

Longue vie aux objets : comment consommer de manière plus durable ?

La question : je voudrais agir face à l’épuisement des ressources de la planète et à la production de déchets. Il y a beaucoup d’informations contradictoires, où pourrais-je trouver des conseils simples et sérieux qui pourraient m’aider à changer mes habitudes de consommation et faire durer mes objets ?

La réponse de Service-public : pour vous aider à adopter les bons réflexes, le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont créé longuevieauxobjets.gouv.fr, un site de conseils pratiques, d’actualités, d’outils, pour partager ses objets entre voisins, diagnostiquer les pannes d’un appareil…

C’est également un annuaire grâce auquel vous pouvez identifier rapidement les professionnels les plus à même de répondre à votre besoin, qu’il s’agisse de trouver une alternative à l’achat neuf ou une solution pour éviter de jeter ce qui pourrait encore être utile.

Le site propose différentes rubriques pour vous aider dans vos recherches de solutions :
Consommer autrement
Des vidéos, tutoriels, guides pratiques, chiffres-clés, infographies, fiches pratiques… sur toutes les thématiques : acheter durable, acheter et vendre d’occasion, donner, échanger, entretenir, réparer, louer, partager, recycler.

Diagnostiquer les pannes
Un chatbot (agent qui dialogue) permet d’identifier en quelques minutes l’origine des pannes les plus courantes d’un grand nombre d’appareils : il suffit de répondre à quelques questions, réaliser des tests simples et se laisser guider pour trouver la solution.

Acheter durable
Lorsque l’achat d’un produit neuf répond à un besoin réel, il faut faire les bons choix pour que sa durée de vie soit la plus longue possible. Pour s’y retrouver, des labels environnementaux indiquent que les produits sur lesquels ils sont apposés sont plus résistants, facilement démontables, réparables, simples à entretenir ou encore qu’ils bénéficient d’une extension de garantie…

Vous trouverez ces labels classés par catégorie de produits : bricolage et décoration, entretien et nettoyage, hygiène et beauté, jeux et jouets, literie, mobilier, multimédia, papeterie et fournitures, textile de maison, vêtements et chaussures.

Les idées reçues
« Acheter d’occasion, c’est risqué », « réparer, c’est compliqué », « le troc, c’est dépassé » … Vous trouverez la réponse aux préjugés qui empêchent souvent de changer ses habitudes de consommation.

Un annuaire
Cet annuaire donne accès aux coordonnées du plus grand nombre de professionnels dont l’activité ou l’offre de service permet d’allonger la durée de vie des objets : associations, entreprises, commerçants indépendants, artisans, collectivités, enseignes de grande distribution, plateformes digitales …

Certains d’entre eux, signalés par un code couleur vert dans l’annuaire, ont adhéré à une démarche déployée par la Chambre des métiers et de l’artisanat avec le soutien de l’Ademe et sont reconnus pour la compétence, le savoir-faire et l’engagement qu’ils mettent en œuvre dans la réparation des biens et équipements avant leur remplacement par un produit neuf.

L’utilisation de cet annuaire est très simple : vous sélectionnez un besoin (je veux emprunter, prêter, louer, acheter d’occasion…) et vous sélectionnez une catégorie (gros appareil électroménager froid, écran, matériel photo/ciné, livre, instrument de musique…).

À noter : Pour garantir une information fiable, complète et à jour, les professionnels ont la possibilité de modifier, d’actualiser ou de créer directement en ligne, depuis l’annuaire, leur fiche descriptive.

Source : service-public et senior actu — (17 1 20)

Mis en ligne le 18/01/2020

Médicaments génériques : ça se durcit pour le médecin!

Les conditions de prescriptions des médicaments génériques sont en train de se modifier.

 

Dorénavant le médecin devra justifier clairement les raisons pour lesquelles il refuse la substitution par le médicament générique sur l’ordonnance. La mention  qu’il inscrit jusqu’à présent sur l’ordonnance « NON  SUBSTITUABLE » devra être expliquée.

Depuis le 1er janvier les nouvelles règles ont été précisées (Journal officiel du 19 décembre 2019).

Le but est de promouvoir l’usage de médicaments génériques au prix inférieur aux originaux et ainsi permettre à l’Assurance maladie de réaliser quelques économies.

Obligation de justifier la mention au regard d’un des motifs médicaux autorisés

Depuis le 1er janvier 2020, le médecin doit obligatoirement préciser sur l’ordonnance, en plus de la mention « non substituable », la raison médicale qui justifie sa décision de ne pas autoriser la substitution par le pharmacien. Cette décision doit être fondée exclusivement sur l’une des 3 situations médicales visées par l’arrêté ministériel du 12 novembre 2019, publié au Journal officiel du 19 novembre 2019.

Ce texte prévoit 3 situations médicales qui peuvent justifier un refus de substitution et autoriser le recours à la mention « non substituable » :

MTE – prescription de médicaments à marge thérapeutique étroite pour assurer la stabilité de la dispensation, lorsque les patients sont effectivement stabilisés avec un médicament, et à l’exclusion des phases d’adaptation du traitement ;

EFG – prescription chez l’enfant de moins de 6 ans, lorsqu’aucun médicament générique n’a une forme galénique adaptée et que le médicament de référence disponible permet cette administration ;

CIF – prescription pour un patient présentant une contre-indication formelle et démontrée à un excipient à effet notoire présent dans tous les médicaments génériques disponibles, lorsque le médicament de référence correspondant ne comporte pas cet excipient.

Informations complémentaires sur ameli.fr

Mis en ligne le 18/01/2020

Impôt sur le revenu, taxe d’habitation, crédit d’impôt, malus : les nouveautés 2020

Impôt sur le revenu, contribution à l’audiovisuel public, taxe d’habitation, crédit d’impôt pour la transition écologique, malus automobile, AAH : le point sur les grandes lignes de la loi de finances pour 2020 publiée au Journal officiel du 29 décembre 2019.

En matière d’impôt sur le revenu, cette loi prévoit en particulier l’abaissement de la 2e tranche d’imposition de 14 % à 11 %. En parallèle, le seuil d’entrée dans la 3e tranche passe à 25 659 € (contre 27 794 € auparavant) tandis que celui de la 4e tranche est fixé à 73 369 € (contre 74 517 €).

Elle fixe le montant de la contribution à l’audiovisuel public (ex redevance télé) à 138 € en métropole.

Elle entérine aussi la suppression intégrale de la taxe d’habitation sur les résidences principales pour 80 % des foyers en 2020 (en 2023 pour les autres foyers).

Enfin, elle confirme la transformation du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime forfaitaire pour la rénovation énergétique qui sera versée l’année des travaux et qui sera mieux ciblée sur les ménages les plus modestes.

Quant au barème du malus automobile, il est durci pour les véhicules les plus polluants, notamment les SUV, le seuil de déclenchement du malus passant de 117 gCO2/km à 110 gCO2/km avec un montant maximum de malus fixé désormais à 20 000 €.

À noter : C’est également cette loi qui fixe à 0,3 % la revalorisation du montant de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH) et de la prime d’activité au 1er avril 2020.

 

Mis en ligne le 15/01/2020

Résidence secondaire : dois-je payer la taxe d’habitation ?

La question : « Je possède une résidence secondaire. Avec la réforme de la taxe d’habitation, vais-je bientôt ne plus avoir à la payer ? ». La réponse de Service-public : « La réforme de la taxe d’habitation ne concerne pas les résidences secondaires. Rien ne change donc pour vous, vous devrez continuer à vous en acquitter. »

Les propriétaires de résidences secondaires ne sont pas exemptés du paiement de cette taxe, même si 80% des Français ne la paieront plus pour leur résidence principale en 2020. C’est ce que précise le ministère chargé des Finances.

Cependant, si vous payez déjà la contribution à l’audiovisuel public (CAP) pour votre logement principal, vous n‘avez pas à la payer à nouveau pour votre résidence secondaire, même si vous y possédez un téléviseur.

Attention, certaines communes appliquent une majoration de la taxe d’habitation pour les résidences secondaires. Si vous vous trouvez dans l’un des cas suivants, vous pouvez demander une exonération :
– vous êtes contraint pour des raisons professionnelles de résider dans un lieu différent de celui de votre habitation principale ;
– vous êtes hébergé de façon durable dans un établissement de soins qui devient votre résidence principale et vous conservez la jouissance de votre ancienne habitation principale ;
– vous ne pouvez pas utiliser votre résidence secondaire en logement d’habitation principale pour des raisons étrangères à votre volonté (par exemple une opération d’urbanisme nécessite de faire des travaux dans votre logement).

Par ailleurs, les taxes sur les logements vacants ne s’appliquent pas aux résidences secondaires, même en cas d’occupation irrégulière.

Rappel : La taxe d’habitation est perçue au profit des collectivités locales. Son montant varie d’une commune à l’autre et dépend des caractéristiques du logement, de sa localisation et de la situation personnelle de l’occupant (revenus, composition du foyer…) au 1er janvier.

source : senior actu et Service-public

Mis en ligne le 5/01/2020

La Poste le 1er janvier : les tarifs ont augmenté 

La Poste a procédé à des ajustements tarifaires le 1er janvier 2020. Cette évolution permet d’assurer la pérennité du service universel avec une qualité élevée dans un contexte d’accélération de la baisse des volumes du courrier, et de continuer à moderniser les offres pour répondre aux usages et aux besoins de ses clients.

L’avantage tarifaire pour la Lettre verte est accru et porté à 19 centimes

Les timbres imprimés de chez soi bénéficient d’un tarif inférieur de 3 centimes

Le tarif grand public du Colissimo France de moins de 250gr reste inchangé

Les principales modifications :

Les tarifs courrier ont augmenté en moyenne de 4,7%.

La Lettre verte est passée donc de 0,88 euros à 0,97 tandis que le timbre prioritaire est passé de 1,05 à 1,16 euros.

Le Timbre en ligne (imprimé chez soi) bénéficie d’une remise de 3 centimes (timbre rouge ou vert)

Depuis 2018, les clients particuliers peuvent apposer un sticker « suivi » sur tous leurs courriers. Ce nouveau service permet de disposer d’informations sur la distribution du courrier muni de ce sticker. Son tarif sera de 0,45 euros.

Le Colissimo France de moins de 250gr reste au même tarif, soit 4,95 euros.

Dans l’ensemble, les tarifs Colissimo pour les affranchissements domestiques des particuliers ont augmenté de 2%.

Pour les entreprises, les tarifs ont évolué de plus de 3%.

Repères : Compte-tenu de la hausse des tarifs et de la baisse de la consommation de courrier et de colis, le budget des ménages en produits postaux représente environ 40 euros par an en moyenne en 2020, soit 0,1% de leur budget annuel.

D’après la revue de presse de La Poste.

Mis en ligne le 5/01/2020

Dons aux associations : quelle réduction d’impôts ?

Par courrier ou courriel, sur internet, dans la rue… Pour la recherche, les enfants, la lutte contre la pauvreté… En cette fin d’année, vous êtes sollicité par des associations ou organismes d’intérêt général. Savez-vous que vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu quand vous faites un don ?

Lorsque vous faites un don à des associations ou organismes d’intérêt général, vous devez remplir certaines conditions pour pouvoir bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Elles concernent notamment :
– la forme du don : versement d’une somme d’argent, don en nature (une œuvre d’art par exemple), versement de cotisations, abandon de revenus ou de produits (des droits d’auteur par exemple), frais engagés dans le cadre d’une activité bénévole ;
– les organismes bénéficiaires : but non lucratif, objet social et une gestion désintéressée, au profit d’un cercle large de personnes, pas de contrepartie.

Le calcul des cotisations diffère selon qu’il s’agit :
– d’un organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique : vous bénéficiez d’une réduction d’impôt égale à 66 % du total des versements dans la limite de 20% du revenu imposable de votre foyer ;
– d’un organisme d’aide aux personnes en difficulté fournissant gratuitement des repas, des soins ou favorisant le logement : vous bénéficiez d’une réduction d’impôt égale à 75% des versements retenus dans la limite d’un montant revalorisé chaque année.

Lorsque le montant des dons dépasse la limite de 20% du revenu imposable, l’excédent est reporté sur les 5 années suivantes et ouvre droit à la réduction d’impôt dans les mêmes conditions. En cas de nouveaux versements au titre des années suivantes, les excédents reportés ouvrent droit à la réduction d’impôt avant les versements de l’année. Les excédents les plus anciens sont retenus en priorité.

À noter : La déclaration pour 2019 étant close, les dons que vous réalisez en 2019 devront être déclarés avec vos revenus en avril 2020.

À savoir : Vous bénéficiez également d’une réduction d’impôt sur le revenu quand vous versez une cotisation à la plupart des associations ou organismes d’intérêt général.

Mis en ligne le 5/01/2020

Contre l’exclusion numérique liée à l’âge : un guide pour utiliser votre tablette tactile !

De plus en plus de personnes âgées reçoivent une tablette tactile à l’occasion des fêtes de Noël. Oui, mais voilà, elles ne savent pas toujours s’en servir. Dans ce contexte, l’INC et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) publient un guide gratuit pour apprendre à configurer et à utiliser une tablette tactile. Une bonne initiative pour lutter contre l’exclusion numérique des anciens.

A l’heure où le « tout numérique » est à notre porte en Europe et dès 2022 pour la France, il est important de prendre des mesures vitales « d’accessibilité » au numérique pour les personnes âgées qui pour la plupart, restent « en dehors » de cet univers pourtant bien pratique au quotidien.

Dans ce contexte, un outil pédagogique simple et gratuit à destination des aidants -et de tous ceux qui souhaitent maîtriser leur tablette numérique- est disponible sur le site de l’Institut national de la consommation. Il vous donne également les clés pour adapter votre appareil aux besoins des personnes ayant de légers troubles visuels, auditifs ou moteurs et ainsi, améliorer leur confort de lecture, d’écoute ou d’écriture.

Créer un compte utilisateur, organiser le bureau, gérer les mots de passe… vous pourrez disposer de tous les conseils pour aider une personne âgée lors de la mise en route et l’utilisation d’une tablette. Enfin, ce nouveau service propose aussi des exercices guidant les utilisateurs dans la maîtrise des fonctionnalités essentielles comme envoyer un mail, naviguer sur internet, acheter en ligne, suivre l’actualité ou lire, etc.

Une excellente initiative et un outil pensé et réalisé par des spécialistes pour les aidants qui souhaitent former leur entourage à l’utilisation des tablettes tactiles pour un accès plus facile au numérique.

Disponible sur le site de l’INC www.inc-conso.fr/content/guide-configuration-tablettes

Mis en ligne le 5/01/2020